FR |  DE |  EN
Restez connectés !
Homepage > Activités > Culture, patrimoine et découverte > Mon coeur dans la montagne
Imprimer le contenu de cette page Télécharger cette page en PDF Recommander cette adresse à un ami

Mon coeur dans la montagne

Roman de Manuela Gay-Crosier

Résumé 

Dans les hauts de Finhaut, en Valais, les éléments ont créé un cœur qui s’est creusé naturellement dans la roche. En 1863, Mathilde passe l’été à l’alpage, à proximité de ce cœur naturel, en compagnie de son mari et d’un mystérieux peintre anglais venu découvrir la beauté sauvage de la région. Entre la jeune femme mutique et Edward Milton, qui fuit les convenances que son rang veut lui imposer, un lien fort se développe. En ce lieu magique, une histoire d’amour interdite naît, qui mène à la passion chez les uns et à la folie, voire au crime, chez les autres.

En 2015, Virginie réalise à Salvan une exposition sur les œuvres de Milton, avec l’aide de l’héritier de ce dernier, Andrew. En plus de tableaux inédits représentant une mystérieuse jeune femme, elle découvre un journal intime, qui n’est autre que celui de Mathilde. Ce document l’emmène, et le lecteur avec elle, dans les tourments d’une femme prise dans les carcans de la société valaisanne du XIXe, la rudesse de la vie paysanne de l’époque, ainsi que les soubresauts d’une période historique aux prises avec d’importants changements politiques et religieux.

Présentation du livre par l'auteur

Les raisons de mon choix : Salvan est un peu mon village puisque mon ancêtre côté maternel y a vécu et a fondé une famille là. D’ailleurs je retrace un pan de son histoire dans ce roman. Il s’agissait d’un immigré tyrolien venu travailler le bois dans la région.

Ensuite cette époque que j’ai choisie est mouvementée et c’est une période de grands changements dans la vie des vallées grâce aux divers développements, en premier lieu dans les transports, puis dans le tourisme et dans la vie en général.

En troisième, la peinture est une de mes passions et j’avais envie d’évoquer l’histoire d’un peintre et comme j’ai aussi une passion pour l’Angleterre c’était un bon moyen de faire coïncider les deux puisque les Anglais ont beaucoup fréquenté la vallée au XIXème siècle. L’histoire de ce roman se déroule en deux temps, à deux époques.

D’abord on fait la connaissance de Virginie, une jeune fille qui travaille à l’office du tourisme et qui désire mettre sur pied une exposition d’un peintre anglais venu passer du temps dans la région il y a environ 150 ans et qui est mort 100 ans auparavant.

Durant la préparation de cette exposition, Virginie se voit confier un carnet par le descendant du peintre. Ce carnet retrace la vie d’une certaine Mathilde. Peu à peu Virginie découvre la vie autrefois dans cette partie de la Vallée du Trient.

Durant cette rétrospective, on se plonge dans le contexte historique de l’époque et on passe en revue divers moments importants  dans l’histoire de notre région et de notre canton. Il est d’abord question de la bataille du Trient, en 1844. La Jeune Suisse, les forces libérales, tombe en embuscade et est vaincue par le camp conservateur (la Vieille Suisse).

On fait également allusion au Sonderbund. Guerre civile qui met en scène 7 cantons catholiques conservateurs qui se regroupent dans le but de défendre leurs intérêts contre la centralisation du pouvoir de la confédération alors aux mains des libéraux. Ces 7 cantons font une alliance qu’ils jugent défensive. Mais la diète fédérale décide de la dissolution du Sonderbund. En découle une guerre en 1847 qui durera 27 jours au bout desquels les conservateurs seront vaincus.

Ensuite on revit l’évolution qui a eu lieu grâce à l’arrivée du train dans la vallée.

- Arrivée du train dans la plaine du Rhône en 1859. Déclencheur du tourisme dans la vallée du Trient. Départ Vernayaz, Salvan, Finhaut, Vallorcine, Chamonix.

- Rénovation du chemin muletier qui accède au village de Salvan, dès 1860. Arrivée de la ligne du train à Vernayaz

- développement du tourisme dans le village, avec les premiers hôtels et pensions construits à cette époque

- à cette époque, Salvan compte 14 épiceries, 7 boulangeries, 5 boucheries

- à la même époque, Finhaut rivalisait avec Zermatt

- Londres n’est plus qu’à deux jours en chemin de fer et les Anglais vont venir nombreux dans la région.

- dès 1860 des stations voient le jour qui sont vouées aux longs séjours d’été et destinées à de riches privilégiés (tourisme élitaire)

- le roman fait allusion à la vie rude des montagnards qui avaient parfois quelques richesses matérielles grâce aux ardoisières

Autre activité dans la région : le flottage du bois

Un autre sujet traité est l’immigration.

La sœur de Mathilde décide de partir en Argentine après un épisode difficile de sa vie ici.

Les personnages qui m’ont inspirés :

John Ruskin, écrivain, poète, peintre et critique britannique proche de Turner, passionné de géologie et fasciné par les Alpes.

Emile Javelle, professeur, écrivain et alpiniste qui a adoré Salvan et la région.

En ce qui concerne le titre : une partie de l’histoire se déroule à Fénestral, alpage au-dessus de Finhaut mais qui appartient à Salvan. Au-dessus de cet alpage, deux torrents se rejoignent pour former un cœur parfait. Comme l’idylle entre mes deux personnages principaux prend corps là-haut, c’était l’image toute trouvée pour illustrer cet amour naissant.

 

Texte: Manuela Gay-Crosier 

 

Livre en vente à la maison du tourisme de Finhaut.

Plus d'informations: ici